O'Babeltut

Giselle…

| Classé dans

départ du covoiturage de St-Antonin à 18h45

GISELLE
de François Gremaud

Une oratrice, prétextant parler de la pièce dont vous lisez actuellement le synopsis, finit par raconter et interpréter le ballet Giselle, d’après le livret de Théophile Gautier, la musique d’Adolphe Adam et la chorégraphie originale de Jean Coralli et Jules Perrot.

Une mise en abyme textuelle et chorégraphique pour plonger avec délice dans une des classiques du répertoire de ballet. Accompagnés par Samantha Van Wissen, danseuse contemporaine, ancienne complice de Anne Teresa de Keersmaeker.

Mot du Babel :
un classique revisité à la sauce contemporaine, du texte, de la danse et de la musique live… Tout ce qu’il faut pour nous séduire et nous donner envie de voyager (en covoiturage) !

par obabeltut | tags : | 0

Peter Pan T’es Mort (BUS)

| Classé dans

départ du Bus de St-Antonin à 16h30


PETER PAN T’ES MORT

Compagnie Monotremata

tout public à partir de 6 ans

Peter Pan T’es Mort, c’est le récit électrisant d’une famille assez banale et, pourtant, que la vie amène à traverser les épreuves de l’absence et du secret. C’est l’émergence de l’adolescence, avec toutes les émotions qui y sont liées, avec toute sa drôlerie et l’inventivité qui lui sont propres. Résolument circassienne, cette pièce écrite à quatre mains jouera avec les codes du cinéma pour épouser un scénario haletant. Grâce à une interprétation brute, un traitement acrobatique et des registres allant de l’abstraction à l’autodérision, il s’agit de composer une fantaisie à entrées multiples autour de la mort, de la famille et de l’adolescence. Entre bande originale interprétée en direct aux couleurs rock-électro et scénographie de précision, c’est tout l’immeuble où se déroule la narration qui se teinte de couleurs vives, poignantes et entraînantes.

Le mot du Babel
L’automne sera circassien ou ne sera pas cette année !!
Ce spectacle, proposé par
une jeune compagnie installée à Mazamet, est une fresque familiale mélant cirque et théatre, pleine d’émotion et teintée de surréalisme. Une surprise qui donne envie d’y aller tous ensemble.

par obabeltut | tags : | 0

Catarina et la beauté de tuer les fascistes…

| Classé dans

départ du covoiturage de St-Antonin à 16h15

CATARINA ET LA BEAUTE DE TUER DES FASCISTES
texte et mise en scène de Tiago Rodrigues

Cette famille du sud du Portugal tue des fascistes. C’est une tradition suivie, sans exception, par chaque membre de la famille depuis plus de 70 ans. Aujourd’hui, ils se réunissent dans une maison à la campagne. La plus jeune de la famille, Catarina, va tuer son premier fasciste, kidnappé à cet effet. C’est un jour de fête, de beauté et de mort. Cependant, Catarina, née en démocratie, est incapable de tuer ou se refuse à le faire. Un conflit familial éclate, suivi de plusieurs questions.
Qu’est-ce qu’un fasciste ? Y aurait-il une place pour la violence dans la lutte pour un monde meilleur ? Pouvons-nous violer les règles de la démocratie pour mieux la défendre ?
Jusqu’où est-il juste d’aller, y a-t-il une ligne rouge à ne pas franchir ? Et en même temps, comment combattre autrement ce pouvoir opportuniste qui profite des règles légales de la démocratie pour mieux la dévoyer ?

Tiago Rodrigues, nouveau directeur du Festival d’Avignon, inaugure ici un genre nouveau pour lui : une projection dystopique dans un avenir sombre et incertain, à quelques encablures du nôtre dans lequel le présent a subitement tout écrasé. Une interpellation du réel par la fiction, avec toujours l’éthique d’un théâtre qui habite le temps et ses urgences de manière poétique. Un théâtre de l’acteur, où il s’agit avant tout de voir des gens sur scène et de sentir de quelle façon ils participent au monde.

Le mot du Babel

Tiago Rodrigues nous fait vibrer depuis plusieurs années avec sa passion vitale pour la littérature, les langues, les mots, et leur résonance politique, affective et personnelle autant qu’universelle. Depuis « Bovary », « Par coeur », « The way she dies » et « Sopro », on aime à le retrouver.

par obabeltut | tags : | 0

Passion simple

| Classé dans

départ du covoiturage de St-Antonin à 18h45

PASSION SIMPLE
Corinne Mariotto et Muriel Bénazéraf
d’après le texte d’Annie Ernaux

Attendre, espérer, imaginer, ne pas se sentir à la hauteur, oublier les autres, se perdre soi-même, rester suspendue entre soi et le miroir de l’autre. Vibrer, désirer et se nourrir du désir de l’autre, être submergée, être en apesanteur… La passion amoureuse. Simple ?
Annie Ernaux écrit sur une rupture, un arrêt de la vie d’un être humain, un trou noir qui engloutit cette personne et la dépouille violemment de son quotidien, de sa normalité, de ce qui jusque là structurait sa vie, donnait de la cohérence à son existence.
Depuis plusieurs années, le travail théâtral de Corinne Mariotto creuse le sillon de l’intime des femmes. Leurs vies, leurs rapports au monde et à la complexité de leur condition. Ce texte est devenu une étape évidente dans son parcours, nécessaire pour explorer certains extrêmes de l’humain. Elle dit : « Pour investir toutes les résonances de l’écriture d’Annie Ernaux, j’ai voulu impulser une autre dimension à mon travail, enrichir et étendre le domaine d’expression du spectacle dans la matière sonore et le travail visuel. De là, s’est construite la collaboration avec François Donato ».

Mot du Babel
Qui encore aujourd’hui de mieux placée qu’Annie Ernaux pour parler des passions d’une femme, elle qui a si bien su écrire et traverser sa vie ? Une adaptation théâtrale d’un des textes les plus connus de l’autrice. On a hâte !

par obabeltut | tags : | 0