O'Babeltut

Contes et légendes

| Classé dans


CONTES ET LÉGENDES

Joël Pommerat, compagnie Louis Bouillard

pour adultes et jeunes (à partir de 14 ans)

Pas de doute, avec Contes et légendes (nom d’une collection que l’auteur-metteur en scène adulait lorsqu’il était gamin), Joël Pommerat va surprendre son public. Loin des chaos de la Révolution Française qui secouaient son précédent spectacle (Ça ira (1) Fin de Louis), cette dernière pièce est consacrée à l’adolescence.
Sujet passionnant que l’artiste projette dans un futur à portée de main puisqu’il introduit à même sa fiction les mythes qui entourent le monde des créatures artificielles. Comment l’adolescent va-t-il bien pouvoir se construire au contact de robots, d’androïdes ? Quel est cet univers qui se bâtit sous ses yeux ? Cette histoire n’est pas qu’une anticipation. L’ultra-technologie est là. Elle soulage l’humain et le menace aussi.
Pour Joël Pommerat, attentif aux plus infimes des variations qui forgent les liens amoureux et sociaux, l’exploration de l’humanité aux prises avec l’intelligence de la machine est un enjeu que le théâtre doit explorer sans craindre les zones troubles. C’est ce qu’il fait, sur une scène modelée par le son et les lumières.

Le mot du Babel
Joël Pommerat, passionnant metteur en scène dont la compagnie ne travaille que sur ses propres textes, poursuit son observation des valeurs, des relations et des identités contemporaines. Il se tourne cette fois vers l’avenir et ce moment très particulier et si captivant de l’adolescence…

par obabeltut | tags : | 0

Quoi / Maintenant

| Classé dans


QUOI / MAINTENANT

tg STAN, d’après Jon Fosse et Marius von Mayenburg

Un spectacle d’après Dors mon petit enfant de Jon Fosse et Stück Plastik (Pièce en plastique) de Marius von Mayenburg.
L’intrigue est simple : Ulrike, une femme débordée, et son mari Michael forment un couple libéral de gauche doté d’une bonne conscience écologique et politique – théoriquement, du moins. Ils engagent Jessica pour faire le ménage et s’occuper de leur fils atteint de puberté précoce. La présence de Jessica influence à plusieurs égards l’existence de la famille.
Les idéaux de tolérance et d’ouverture d’esprit sont mis à mal, les bonnes intentions sont démasquées comme des tentatives futiles de nier l’existence de préjugés bien ancrés, la réalité stérile du couple est révélée. De plus, l’artiste conceptuel Haulupa fait sans cesse irruption dans la maison et, comme un frelon importun, il essaie de disloquer l’idéal familial.
Le résultat est une comédie cruelle qui remet savamment en cause nos points de vue et opinions sur la famille, l’art et la société. C’est explicitement et avec une douloureuse justesse que Marius von Mayenburg pose le doigt sur la plaie de nos dilemmes et difficultés d’Occidentaux aisés.

Le mot du Babel
On ne vous les présente plus. Chaque année on vous les propose et chaque année, vous nous faites des retours super !

par obabeltut | tags : | 0

Falaise (BUS)

| Classé dans


FALAISE

Baro d’evel

La compagnie Baro d’evel invente un monde poétique au fil de ses spectacles où se mêlent mouvement, acrobatie et musique. Après Bestias et , Falaise est leur nouvelle épopée où se rencontrent huit artistes, un cheval et des pigeons…
Dans un espace en noir et blanc à plusieurs étages, surgit une tribu venue d’on ne sait où. Est-ce la fin ou le début d’un monde ? Baro d’evel poursuit sa recherche d’un théâtre où s’imbriquent travail du corps et de la voix, transformation de l’espace et des matières, disciplines du cirque et spontanéité que l’animal impose aux acteurs. Pour trouver la pulsation qui relie les êtres et parvenir à une transe commune, susceptible de résister à un monde menacé d’éclatement.

Le mot du Babel
L’an passé nous avons découvert , spectacle éblouissant de poésie, premier volet d’un diptyque dont Falaise est le second volet.
Deux humains et un corbeau pie s’embarquant les uns les autres dans un drôle de ballet sensible et poétique, un geste brut et nu qui circule entre corps et voix, entre rythmes et portés, entre chute et élan.
Spectacle d’une beauté pure, déroutant et émouvant.

par obabeltut | tags : | 0