O'Babeltut

Tristesse et joie dans la vie des girafes (BUS)

| Classé dans

TRISTESSE ET JOIE DANS LA VIE DES GIRAFES
Texte de Tiago Rodrigues, mise en scène de Thomas Quillardet/ Compagnie 8 avril

Thomas Quillardet monte le voyage initiatique de Girafe, petite fille de 9 ans, une fable imaginée par Tiago Rodrigues dans les rues de Lisbonne en crise.

C’est à un voyage singulier que nous convie Girafe, un voyage à hauteur d’enfant qui cherche à comprendre le monde et à le corriger grâce à ses infinies capacités d’imagination. A la manière de Mowgli découvrant la jungle ou d’Alice explorant le Pays des merveilles, la petite Girafe,  ainsi nommée par sa maman qu’ elle vient de perdre, à cause de sa grande taille, s’aventure dans un voyage initiatique riche en rebondissements et en rencontres fantastiques. Grande ou petite, optimiste ou pessimiste, il n’est pas facile pour une enfant, ni d’ailleurs pour un adulte, de savoir comment regarder le monde, lorsqu’on constate qu’il ne tourne pas rond. Ponctuée de trouvailles scéniques, de jeux d’ombres et d’échelles, la mise en scène concrétise à merveille les enjeux, dans un monde pétri d’oppositions entre joie et tristesse.

Les comédiens Maloue Fourdrinier, Marc Berman, Christophe Garcia, Jean-Toussaint Bernard forment une équipe irrésistible.

Véritablement un spectacle tout public, parce qu’en fin de compte il faut bien avouer qu’on grandit à tout âge…

Le mot du Babel
On AIME Tiago Rodrigues :  sa finesse d’esprit, son humour, sa passion pour les mots, les langues et les personnages littéraires. Alors, une occasion de le découvrir en jeune public, ça ne se rate pas !

APRES-MIDI LIBRE DANS TOULOUSE, arrivée à 16h, rendez-vous au Théâtre à 19h30 (retour sur St-Antonin vers 22h)

 

par obabeltut | tags : | 0

Timon d’Athènes

| Classé dans

TIMON D’ATHENES
Texte de William Shakespeare, mise en scène du collectif de Roovers

De la philanthropie à la misanthropie il n’y a qu’un pas ? Peut-être. C’est ce que questionne le collectif de Roovers à travers Timon d’Athènes de William Shakespeare. Riche notable athénien, Timon fait preuve d’une générosité infinie. Malgré les avertissements de son intendant, il finit par se ruiner. Pour payer ses dettes, il fait appel en vain à ceux qu’il a entretenus et comblés. Désabusé, il se retire loin de tout et de tous.
De Roovers l’adapte en une parabole noire qui interroge les dérives du système capitaliste et matérialiste. À travers ces figures archétypales et cyniques, c’est notre rapport à l’autre en temps de crise qui est questionné.

Le mot du Babel
Nous avons apprécié le collectif de Roovers l’an dernier dans « Infidèles », monté avec le Tg STAN. Ils partagent le même enthousiasme pour les textes et la même énergie de l’interprétation. De Roovers, c’est un jeu libre et vivifiant, c’est une légèreté qui vient tempérer la gravité du sujet, c’est la promesse d’une création rythmée, décadente et follement esthétique.

par obabeltut | tags : | 0

Les Démons (COMPLET – Liste d’attente)

| Classé dans

LES DEMONS
(Inscrivez-vous en liste d’attente, avec un chèque séparé, les désistements sont fréquents)

d’après Fédor Dostoïevski, adaptation et mise en scène de Sylvain Creuzevault

spectacle en coproduction avec le Théâtre Garonne

Dostoïevski avait d’abord conçu Les Démons comme une oeuvre de dénonciation et de combat, mais son génie visionnaire l’emporta. Ce qui aurait pu n’être qu’une satire politique devint ainsi un chef-d’oeuvre d’écriture plurielle, à la fois feuilleton au long cours et plongée hallucinée dans les ténèbres intérieures. Pour donner corps à cette tension, Sylvain Creuzevault et ses amis resteront fidèles à leur processus de création : s’imprégner de connaissances, s’approprier la masse textuelle, puis « improviser, encore et toujours, jusqu’au moment où le spectacle apparaît. »

Sylvain Creuzevault sur France Inter à propos des Démons :
https://www.franceinter.fr/emissions/l-heure-bleue/l-heure-bleue-21-septembre-2018

Le mot du Babel
Depuis notre découverte du travail de Sylvain Creuzevault et de son équipe dans « Notre Terreur » sur le Comité de Salut Public de la Révolution, en 2010/2011, nous suivons avec impatience tout ce que lui, sa troupe, et ses acolytes proposent, car ils mêlent tant de talents (jeu d’acteur, chant lyrique, danse, burlesque…) avec tant d’intensité, tout en s’attaquant à des sujets historiques et politiques très forts, qu’ils ne nous ont jamais déçus.

par obabeltut | tags : | 0