O'Babeltut

La chute de la maison

| Classé dans


LA CHUTE DE LA MAISON

Jeanne Candel, Samuel Achache

Chaque année, l’Adami qui administre les droits des artistes, invite dans le cadre de « Paroles d’acteur » un metteur en scène à diriger dix jeunes comédiens pour créer un spectacle en un temps record.
Pari réussi pour Jeanne Candel et Samuel Achache qui transposent dans un hôpital la nouvelle d’Edgar Allan Poe, La Chute de la Maison Usher, embellie de lieder de Schubert et Schumann.
Avec cet « habitacle de mélancolie », on aurait quoi frôler l’acmé de la tristesse, plonger dans la dépression… Mais l’humour s’infiltre au plus profond du désespoir dont il est la politesse car le duo d’artistes exploser les codes.
Il est relayé par un casting d’acteurs-musiciens impeccablement choisis qui mènent cœur battant la pseudo-intrigue policière : mais où est passée la morte ? Une folie douce ou furieuse fait s’évanouir les femmes vêtues de robes somptueuses, délirer les hommes, même le curé en habit d’époque. Les morts s’enchaînent, et parfois ressuscitent. Et si le destin commun s’achemine vers une inéluctable catastrophe, l’angoisse se chante avec volupté.
C’est l’une des vertus de ce théâtre : transmettre aux plus jeunes la passion de jouer avant de leur confier les clés.

Le mot du Babel
C’est avec beaucoup de plaisir qu’on retrouvera Jeanne Candel, Samuel Achache et leur troupe. Nous les avons découverts avec « Crocodile trompeur » en 2013 et avons, depuis, toujours découvert avec délectation leurs propositions.

 

par obabeltut | tags : | 0

Henri Texier / Vincent Peirani

| Classé dans

HENRI TEXIER / VINCENT PEIRANI
Albi Jazz Festival


HENRI TEXIER SAND QUINTET
Henri Texier est tout simplement l’un des plus grands contrebassistes de l’histoire du jazz français. Après des débuts dans l’orchestre de Jeff Gilson et de multiples sessions de sideman auprès des jazzmen américains de passage à Paris (Chet Baker, Bud Powell, Donald Byrd, Johnny Griffin et bien d’autres), Texier s’est intéressé tout au long de sa carrière aux musiques extraoccidentales et aux répertoires folkloriques. Aujourd’hui sur le Label Bleu, le jeune septuagénaire joue aux côtés de son fils saxophoniste Sébastien et s’intéresse à la nouvelle génération de musiciens français, comme en témoigne la composition de son Sand Quintet réunissant le guitariste Manu Codjia, le batteur Gautier Garrigue et le saxophoniste Vincent Lê Quang.


VINCENT PEIRANI LIVING BEING
Vincent Peirani est le jeune accordéoniste que tout le monde s’arrache. Après le défricheur Richard Galliano, il entend continuer à ouvrir des horizons nouveaux à l’accordéon. Le jazzman maîtrise tout autant la world music, le classique, la chanson française ou la pop. L’art de Vincent Peirani, c’est sa rythmique et sa manière de servir la chanson en ajoutant des couches à chaque morceau comme seule une armada de claviers pourrait le faire. Composé d’Émile Parisien au saxophone, Tony Paeleman aux claviers, Julien Herné à la basse et à la guitare électrique et Yoann Serra à la batterie, son groupe Living Being est un quintette parfaitement rodé au son incomparable. Associant souffles organiques aux jaillissements électriques, il nous embarque dans des atmosphères délicates et raffinées, des grooves teintés d’orientalismes contemporains et des reprises audacieuses, d’Henry Purcell à Led Zeppelin.

Le mot du Babel
La scène nationale d’Albi propose cette saison la 1e édition de Albi Jazz Festival, et nous avions envie de la découvrir avec vous !

par obabeltut | tags : | 0

M.A.I.S.O.N. (BUS)

| Classé dans


M.A.I.S.O.N.

Compagnie Scom

tout public à partir de 5 ans
gratuit (programmé par Tarn et Garonne Arts et Culture)

Entre corps, voix et image, « M.A.I.S.O.N » explore l’expérience familiale. Où commence et où s’arrête la famille ? Comment vit-on ensemble ? La famille dure-t-elle toujours ? Est-ce que ce qui se dit est ce qui nous lie ? Une circassienne aérienne et un musicien interprètent en direct et en duo une composition chorégraphique et sonore, un regard joyeux et poétique emprunt de la spontanéité des enfants sur un espace du quotidien, celui de la filiation.
Ce cirque-là, en mouvement perpétuel, joue sur les fondamentaux, l’équilibre, le risque, la prouesse, et l’évolution dans les airs, tout en délicatesse. Un cirque prodigieusement populaire.
Un territoire de paroles. Toutes générations confondues.

Le mot du Babel
« Coline Garcia, formée au Centre National des Arts du Cirque de Chalon-en-Champagne), a créé son propre agrès : le tricotin. Un nom qui donne envie d’aller découvrir sa virtuosité, comme le désir profond de cette compagnie de stimuler l’innovation et la création jeune public autour de la construction de nos identités. Sa précédente pièce, ‘Borborygmes’, traitant du corps et de ses variations, était un bijou. »

par obabeltut | tags : | 0